DELIT DE FACADE est une compagnie de spectacles de marionnettes dans l’espace public, elle a vu le jour à St-Laurent-le-Minier (Gard) en 2002. Elle s’est rapidement fait connaitre par une approche visuelle originale consistant à présenter ses spectacles de marionnettes sur une façade d’immeuble ou de maison.
La Cie s’inscrit dans la réalité urbaine et sociale , porteur de regards et d’émotions, à la frontière entre espace privé et public. Sortie de sa façade , la Cie s’accapare désormais tous les lieux , de la rue et endroit non dédiés au théâtre à la salle pour en faire un espace de théâtre, de comédie et de rêverie.

"Notre travail a toujours pour point de départ le quotidien, la vie de tous les jours, la fenêtre d’en face. Nous portons une attention particulière à l’élaboration des personnages, dans leurs travers, leur cocasserie, leur poésie.

Une observation minutieuse de la réalité nous permet d’évoluer naturellement vers l’onirique et le fantastique. Notre compagnie développe son implantation languedocienne par des actions culturelles autour de la création théâtrale, la manipulation de marionnettes, de la parole, du chant, et de la musique".

L’allée au théâtre
ou faire du chemin du spectacle un spectacle en soit pour mieux y parvenir
réalisation 7 mai 2015 rdv 17h45 sur le parking de la poste
Un outil au service du territoire et l’action culturelle

Ce projet s’inscrit dans la mission de recherche de public et l’envie de créer du lien entre les habitants. Remettre le théâtre au centre d’un moment festif, le décloisonner des cases institutionnelles séparant théâtre, musique, marionnette, scène, rue,... Trouver un moyen simple et jubilatoire d’impliquer des habitants qui ne fréquentent pas le théâtre, étant souvent persuadés que ce n’est pas pour eux. Les attirer sans qu’ils se sentent piégés, en essayant au contraire d’ouvrir une brèche et d’inciter à la curiosité.
Refaire du théâtre un lieu de nouvelles rencontres, et pas seulement un lieu de retrouvailles entre initiés.
Le projet permet aussi d’explorer les différents rapports du public à l’acte théâtral durant une même soirée : dans des espaces extérieurs, dans des lieux intimes non dédiés au théâtre, en déambulatoire, dans une salle de spectacle. L’un des atouts de la mise en scène sera de proposer alternativement une relation intime et privilégiée avec les spectateurs et des moments davantage proclamés pour un public plus important.

A partir de textes d’auteurs dramatiques et de romanciers, mais aussi d’interviews et d’entretiens réalisés dans le cadre de Paroles d’Habitants, nous tisserons une écriture qui aura comme leitmotive le thème du voisinage Ce patchwork textuel sera un seul et même prétexte à jouer. L’équipe artistique s’emparera de cette matière et inventera des situations et des personnages s’inspirant de la réalité, mais ajoutant la juste distance. La mise en jeu s’adaptera à l’espace public que propose la ville, et cela tout au long du parcours.
La structure de cette action s’articule autour de deux axes : une déambulation dans la cité guidée par notre Main géante mécanisée et un temps de repas partagé. Le public, d’abord installé dans l’ambiance conviviale d’un banquet bucolique, sera invité à prendre l’apéritif et l’entrée du menu. Ce premier rendez-vous se déroulera sur une place, dans un parc... Il sera accompagné de musique live et d’impromptus proposés aux tables par les comédiens et les marionnettistes. Cela initiera des rencontres personnelles entre les participants, l’équipe artistique et celle du théâtre. La thématique du voisinage trouvera toute sa résonance dans cette situation nouvelle d’être voisin de table avec un voisin de quartier, ou un voisin de village...ou d’un pays voisin.
Puis il sera temps de suivre la Main à travers les rues et les recoins de la ville. Elle nous promènera à travers les venelles et nous fera redécouvrir les singularités, ce qu’une ville peut receler comme trésors et parfois vouloir nous cacher. Elle nous accompagnera vers des portraits extraits du film « Les Voisins sont parmi nous » projetés dans des endroits insolites.
Cette Main-machine visuellement forte et très poétique, nous ouvre de belles possibilités. Au delà du rôle de nous montrer le chemin, elle s’amusera avec l’architecture.

Ponctuée d’instants théâtralisés, de chansons à partager, d’espaces détournés, notre balade s’arrêtera à nouveau, et ce sera le moment de déguster le plat principal. Ce moment de convivialité sera un temps de pause gustative. Le service assuré par la troupe, par l’équipe du théâtre, les salariés et bénévoles du centre socio culturel l’Agantic aura un goût théâtralisé. Une occasion de plus de faire connaissance.
La nuit arrivée, la Main reprendra son flambeau avec un air de fête, nous menant tranquillement vers la maison Théâtre pour assister à la représentation proposée par le théâtre dans le cadre de sa programmation, et passer la porte en oubliant de possibles a priori.